Certains confrères ont relayés depuis quelques semaines les difficultés d’intervention dans les EPHAD dû à la restriction de l’accès aux soins de kinésithérapie. Nous vous adressons quelques éléments de réponses pour éclairer vos droits et positionnement professionnel:

  • le directeur applique effectivement les recommandations de l’ARS. Elles n’ont jamais été l’arrêt des soins de MK mais la poursuite des soins seulement indispensables. Après chaque directeur a eu sa lecture propre de cette recommandation.
  • Le directeur n’a pas de compétence médicale.
  • Le syndrome de glissement (SG) n’est pas une invention des MK, c’est un risque réel bien connu des gériatres qu’il faut mesurer en permanence avec l’équipe médicale. Ce risque absent au début du confinement devient de plus en plus prégnant au fil des semaines.

Donc la bonne attitude c’est :

  • Prendre l’initiative d’une réunion avec le médecin coordonnateur s’il existe ou les médecins traitants intervenant à l’EHPAD et passer en revue tous les résidents qui relevaient avant le confinement d’une prescription de MK et tous ceux qui pourraient en relever maintenant en référence au SG.
  • Faire un bilan rapide lors d’une consultation MK.
  • Croiser les avis et identifier les résidents pour lesquels des soins de MK doivent être dispensés en évaluant la balance risque /bénéfice.

S’il y a accord avec les médecins la direction ne pourra s’opposer au retour des MK à la condition que les EPI soient fournis en conformité avec la situation du résident.